Salaire à vie, Bernard Friot préfère parler de salaire à vie plutôt que de revenu de base, ou universel.

Bernard Friot nous donne sa version sur le salaire à vie

Les mots sont importants et ceux qui nous dirigent le savent, eux qui les dévoient et pratiquent la manipulation sémantique pour formater nos esprits. Par exemple, il est usuel de parler de «charges», si pesantes pour les employeurs, au lieu des «cotisations patronales» (qui sont du salaire socialisé), alors que les véritables charges patronales pour l'entreprise sont les dividendes distribués aux actionnaires. De même, on a tendance à dire : «Je n'ai pas de travail», alors que c'est «Je n'ai pas d'emploi» qui est approprié.

D'abord, distinguons le revenu du salaire, et le poste de travail de la qualification :

Ensuite, distinguons le travail de l'emploi.

Bernard Friot propose d'en finir avec l'emploi et son «marché du travail», de mutualiser les cotisations salariales + une cotisation économique (question de rétablir ce que les actionnaires ont volé au salariat depuis les années 80) sur la valeur ajoutée, et de confier la gestion du Salaire à vie à la Sécurité sociale :

Voici deux vidéos interview où il explique son point de vue:

salaire à vie partie 1

 salaire à vie

    

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×