Chômage: une variable d'ajustement invavouée ! G. Fonouni

Chômage : une variable d’ajustement inavouée !

 

Notre économie pourrait connaître la récession en 2013. La dégradation du marché du travail, inquiétante par son ampleur, risque de s’accélérer durant toute l’année 2013. Le nombre de chômeurs de catégorie A pourrait dépasser le seuil des quatre millions. Voilà le signe que le chômage reste toujours le point noir de notre économie. Cela fait maintenant plus de quarante ans qu’il dure et aujourd’hui il menace des pans entiers de la population active. Tous les salariés ne sont pas frappés de la même façon : les jeunes, les moins qualifiés, les femmes et certains « séniors » sont de loin les plus exposés.

 

Le chômage en France  a connu quelques timides baisses entre 2000-2002 et 2006-2007, mais en fin d’année 2013 il pourrait bien dépasser la barre des 10.5% de la population active. En Europe, il a franchi les 10% de la population active et s’élève à 20% dans certains États européens. En l’espace d’un an le nombre de chômeurs a ainsi considérablement augmenté. La dégradation est d’autant plus inquiétante que les effets des plans d’austérité sur la croissance sont particulièrement négatifs.

 

Alors pourquoi une telle impuissance à faire reculer cette maladie économique et sociale ? Serait-elle devenue incurable, comme sembleraient l’indiquer les chiffres depuis plusieurs années ? Le chômage est en train de se banaliser et devient désormais un mal économique auquel il faudra s’habituer et qu’il faudra supporter même en période de croissance. Aujourd’hui, à défaut de traitements économiques  coordonnés et efficaces au niveau européen, les pouvoirs publics ne prescrivent plus qu’un traitement social pour l’atténuer, qui malheureusement trouve rapidement ses limites devant la gravité de la maladie. En réalité, ce mal qui n’épargne aucun salarié, qui entretient toujours la crainte de l’exclusion sociale et du désespoir, n’est toujours pas devenu une réelle priorité des politiques européennes. Pourquoi ? Ferait-il moins de dégâts sur notre économie que la crise financière ? Ou ferait-il plus de bien que de mal à certains acteurs  de la vie économique ?

 

Nous voilà au cœur du débat. Un niveau élevé de chômage  fragilise le monde du travail et le pouvoir syndical. Un chômage quasi-permanent déséquilibre les rapports sociaux entre l’entreprise et les syndicats. Il décourage toute revendication salariale par crainte de menacer l’emploi. Certaines entreprises tirent profit de cette situation, car toute modération salariale représente pour elles, des gains de compétitivité supplémentaires pour affronter la concurrence internationale. De fait, le chômage permet de maintenir un partage de la valeur ajoutée qui leur est plus favorable qu’aux salariés, leur permettant d’accroître ainsi leurs profits. Qui s’en plaindrait, si davantage de profits créaient davantage d’emplois ? Or, ces profits d’aujourd’hui, à défaut de consommation supplémentaire ne font pas les investissements de demain ni les emplois d’après demain. Bien au contraire, ils se détournent trop souvent de l’économie réelle pour alimenter les placements financiers.

 

Le chômage entretiendrait donc le chômage en freinant la progression du pouvoir d’achat. Alors y a-t-il  vraiment urgence à mettre fin à une spirale qui favorise à court terme la segmentation du marché du travail en nourrissant la dualité entre les contrats précaires et les contrats à durée indéterminée ?

 

Cette division fait le jeu des entreprises car elle met les salariés en concurrence déloyale et leur fait supporter un sentiment d’injustice qui les oblige à accepter la précarité pour renouer avec le plein emploi. Ainsi, au nom d’une certaine éthique sociale et d’une efficacité économique, l’unification des contrats de travail devient nécessaire. Cette unification passe par la fusion de leurs durées, par plus de flexibilité et par moins de protection afin de maintenir des emplois ou d’en créer dans un environnement de plus en plus concurrentiel. Faudrait-il alors accepter moins de protection sociale pour plus d’emploi ?

 

Dans cette situation sociale convalescente, aggravée par la rigueur, le chômage sert d’alibi pour justifier les réductions de salaire et les déréglementations sociales afin de doper la compétitivité. Le chômage est bien le signe que le travail est toujours considéré par les entreprises comme une charge et non comme une ressource humaine. Or, tant que les entreprises n’auront  que cette approche comptable du travail, rien ne changera. Tant qu’elles n’auront pas intégré le travail comme une ressource et non uniquement comme un coût dans leur culture ou modèle de management, il sera toujours plus difficile pour les gouvernements de réduire véritablement le chômage. Toutes les mesures financières et fiscales incitatives à la création d’emplois prises en faveur des firmes n’ont jamais permis d’accroître durablement et globalement les offres d’emplois. Elles ont le plus souvent débouché sur une création marginale d’emplois.

Le chômage deviendrait-il désormais une variable sociale inavouée d’ajustement utile pour restaurer la compétitivité ?  En tout état de cause, cela expliquerait la faible mobilisation générale pour l’éradiquer définitivement !           G.F.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×